« Migration et intégration » : thème du Forum germano-néerlandais à Berlin

18 janv. 2017

« Migration et intégration », tel est le thème du Forum germano-néerlandais qui se tiendra cette année les 17 et 18 janvier à Berlin. Le ministre des Affaires étrangères et son homologue Bert Koenders ont ouvert le Forum à l’Office de presse fédéral. L’événement s’inscrit dans le cadre du cycle de débats intitulé « Quelle Europe voulons‑nous ? ».

L’actualité en question

Le Forum germano-néerlandais 2017 à Berlin © Gaertner/photothek.net Agrandir l'image (© Gaertner/photothek.net) L’Europe à l’heure de la mondialisation, l’accompagnement de la fin de vie, le changement démographique, la langue, communication et identité, tous ces thèmes ont déjà été discutés au Forum germano-néerlandais par le passé. Depuis 1996, le Forum invite les jeunes à débattre de l’actualité politique et sociale. Créé à l’initiative des anciens ministres des Affaires étrangères Klaus Kinkel et Pieter Kooijmans pour relancer les relations entre les deux pays, il a lieu à tour de rôle en Allemagne et aux Pays-Bas.

 

Ateliers et débats

Cette année le Forum et les différents ateliers qu’il propose portent sur le thème suivant : « Migration et intégration. Destination Europe, entre culture d’accueil et repli sur soi ». Le Forum a été ouvert par le ministre des Affaires étrangères Frank‑Walter Steinmeier et son homologue néerlandais Bert Koenders.

 

Réapprendre à nous battre pour l’Europe

Frank Walter Steinmeier : réapprendre à se battre pour l’Europe © Gaertner/photothek.net Agrandir l'image (© Gaertner/photothek.net) L’Union européenne n’a pas réussi jusqu’ici à apporter une réponse commune à la question des flux de réfugiés, a déclaré M. Steinmeier dans son discours d’ouverture. Au contraire, depuis la décision de la Grande-Bretagne sur le Brexit, l’UE donne l’impression d’être divisée. « Nous devons réapprendre à nous battre pour cette Europe et à débattre, si nous voulons conserver les fruits de l’intégration européenne recueillis tout au long de ces années et décennies », a‑t‑il précisé. En même temps, l’Europe doit répondre aux questions qui préoccupent les populations des États membres. Il n’y a pas que l’exode et la migration, selon le ministre. Les citoyennes et citoyens veulent également des progrès en matière de sécurité intérieure et extérieure et, surtout dans le sud de l’Europe, en matière de développement économique.

Voilà pourquoi il est si important pour M. Steinmeier de promouvoir les échanges européens, toutes générations comprises, notamment dans le cadre du Forum germano-néerlandais. Le ministre s’est donc félicité que 20 étudiants de chaque pays soient venus participer aux débats.

 

Steinmeier et Koenders : troisième rencontre en une semaine

M. Steinmeier et son homologue M. Koenders © Gaertner/photothek.net Agrandir l'image (© Gaertner/photothek.net) Après la conférence sur le Proche-Orient à Paris et le Conseil des affaires étrangères à Bruxelles, Frank‑Walter Steinmeier a reçu, avant l’ouverture du Forum, son homologue néerlandais au ministère fédéral des Affaires étrangères, leur troisième rencontre en une semaine. Les relations bilatérales entre l’Allemagne et les Pays-Bas ainsi que les crises et conflits internationaux figuraient à l’agenda.

Ce fut également l’occasion pour M. Steinmeier de s’exprimer au sujet de l’Union européenne. Selon le ministre, même après la décision sur le Brexit, les 27 États membres restants devraient se mobiliser encore plus que ces derniers mois pour l’avenir de l’Europe. Nous devons veiller à ce que l’UE redevienne « un projet d’espoir, un projet d’avenir ».

 

Situation au 17 janvier 2017

© Ministère fédéral des Affaires étrangères