Le G20 veut rendre l’économie mondiale plus résistante

20 mars 2017

Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances et hôte du G20 Finances de Baden-Baden © dpa Agrandir l'image (© dpa) Les ministres des Finances des 20 premiers pays industrialisés et émergents se sont accordés samedi, à Baden-Baden (Bade-Wurtemberg), sur une déclaration commune pour « façonner un monde interconnecté ».

Ils y affirment leur intention de consolider une économie mondiale de plus en plus interconnectée sous l’effet de la mondialisation et de la numérisation.

Il s’agit en particulier de rendre l’économie moins sujette à des crises brutales. Les signataires entendent créer une architecture financière stable, réduire les dettes et faire avancer les réformes de structure. Ils veulent doter l’économie mondialisée d’un cadre réglementaire qui intègre les leçons tirées des crises financière et économique de 2008 et de 2009. « Le G20 est le forum adéquat pour une telle politique de régulation », a souligné le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

 

Pas de manipulations monétaires

G20 de Baden-Baden, photo de famille © dpa Agrandir l'image (© dpa) Les 19 premières économies de la planète et l’Union européenne (UE) ont, par ailleurs, réaffirmé leur refus des manipulations monétaires qui permettent à un pays de gagner en compétitivité en affaiblissant sa monnaie.

Même si les accords passés « ne permettent pas d’aller très loin sur le fond », a reconnu M. Schäuble, les participants étaient d’accord pour dire « que nous devons nous garder de procéder à des manipulations monétaires et que nous ne voulons pas de concurrence inéquitable. Nous sommes tous convaincus que le commerce international contribue à la croissance de l’économie mondiale et des économies nationales ».

 

Investissements pour l’Afrique

L’initiative « Compact with Africa », qui prévoit le renforcement des investissements et l’amélioration des infrastructures en Afrique, a été l’un des thèmes importants duG20 de Baden-Baden © dpa Agrandir l'image (© dpa) Enfin, les pays du G20 se sont accordés sur l’initiative « Compact with Africa ». Il s’agit de mettre en place des partenariats pour l’investissement et de créer des conditions favorables à l’investissement privé dans les pays africains.

Les ministres des Finances du G20 veulent, en coopération avec des banques de développement et le Fonds monétaire international (FMI), encourager des organisations internationales à conclure des partenariats avec les pays africains pour attirer des investisseurs privés. La conférence Afrique-G20, qui se tiendra à Berlin en juin, devrait approfondir cette thématique.

A.L.

 

Plus d’informations :

Présidence allemande du G20 (en allemand et anglais)

© CIDAL