Déclaration du ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel au sujet du conflit syrien

15 mars 2017

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Sigmar Gabriel lors d'une conférence de presse © dpa Agrandir l'image (© dpa) Déclaration du ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, faite le 15 mars, à Berlin, à l'occasion du sixième anniversaire du mouvement de contestation contre le régime de Bachar al-Assad en Syrie et au sujet de l'aide allemande à hauteur d'un million d'euros attribuée au « Mécanisme international, impartial et indépendant chargé de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en République arabe syrienne depuis mars 2011 et d'aider à juger les personnes qui en sont responsables » :


  • Il y a six ans aujourd'hui débutait en Syrie un mouvement de contestation pacifique réclamant les libertés civiles, une société plus juste et la fin de la tyrannie. Ce mouvement s'est transformé en conflit et est le plus cruel que connaisse actuellement notre époque. La moitié de la population syrienne est en fuite, le conflit a déjà fait plus de 400 000 mille victimes et le pays est en ruines. La dernière tentative de mettre en place un cessez-le-feu n'est pas très concluante. Il y a toujours plus de 600 000 personnes coupées de l'aide humanitaire, la population est affamée, elle est chassée, comme ces derniers jours à Al-Waer près d'Homs.

    Aleppo, le 7 mars - L'IHH, une ONG turc, distribue de la nourriture dans le quartier Ab-Bab © picture alliance / abaca Agrandir l'image (© picture alliance / abaca) Nous ne pouvons pas rester sans rien faire lorsque les droits de l'homme sont bafoués en Syrie et que le droit international humanitaire fait l'objet de violations incessantes, lorsque des installations civiles sont la cible d'attaques aériennes et que les groupes terroristes islamistes et les prisons du régime syrien sont massivement accusés de tortures. Nous devons dès à présent créer les conditions qui permettront de demander des comptes aux responsables. Jamais ils ne devront se sentir en sécurité.

    Aussi ai-je promis au secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, que l'Allemagne apportera un soutien à hauteur d'un million d'euros au « Mécanisme international, impartial et indépendant chargé de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en République arabe syrienne depuis mars 2011 et d'aider à juger les personnes qui en sont responsables ».

    En dépit de tous les revers, nous devons continuer de promouvoir la poursuite des négociations de Genève pour une solution pacifique du conflit syrien. Les souffrances du peuple syrien ne cesseront que si des négociations sont sérieusement engagées et que toutes les parties abordent avec l'esprit de compromis nécessaire les questions difficiles concernant l'avenir du pays. Nous mettrons tout en œuvre, et d'autant plus après six ans de conflit, pour enfin y parvenir.

© Ministère fédéral des Affaires étrangères