Le tandem franco-allemand reste le moteur de la coopération européenne

14 févr. 2017

Le Premier ministre français, Bernard Cazeneuve, a été reçu lundi par la chancelière Angela Merkel à Berlin. Ils ont évoqué ensemble la lutte contre le terrorisme, la sécurité, l’économie et l’Europe, tout en réaffirmant l’importance de la relation franco-allemande comme « moteur » de la coopération européenne.

 

Bernard Cazeneuve reçu par Angela Merkel à Berlin

La chancelière Angela Merkel a reçu hier à Berlin le Premier ministre français, Bernard Cazeneuve © picture alliance/dpa Agrandir l'image (© picture alliance/dpa) Cette visite était la première de Bernard Cazeneuve en Europe depuis sa nomination. Elle reflète « l’étroitesse de notre coopération à tous les niveaux », a souligné la chancelière lors d’une conférence de presse conjointe. Elle montre « que nous voulons être un moteur des efforts européens ».

Selon le Premier ministre français, « l’axe franco-allemand est une réalité tangible et quotidienne ». Et « cette solidarité entre Paris et Berlin […] est plus que jamais nécessaire, alors que certains agitent le spectre d’une désunion de l’Europe ».

« Notre responsabilité commune, c’est […] d’apporter des réponses très concrètes à ceux qui doutent de la valeur ajoutée de l’Europe », a-t-il ajouté.

 

Coopération étroite à tous les niveaux

L’entretien entre les chefs de gouvernement allemand et français a notamment porté sur la lutte contre le terrorisme et la sécurité © picture alliance/dpa Agrandir l'image (© picture alliance/dpa) Ces réponses concrètes, l’Allemagne et la France s’emploient déjà à les élaborer dans un domaine comme la sécurité et la lutte contre le terrorisme. Il existe en la matière une coopération très intense entre les deux pays, frappés par le même fléau. De fait, « nous ne pourrons véritablement conjurer ces dangers que par une coopération extrêmement étroite », a dit Angela Merkel.



Angela Merkel : « L’Europe ne peut être forte que si l’Allemagne et la France sont prospères » © picture alliance/dpa Agrandir l'image (© picture alliance/dpa) À Berlin, il a également été question de politique économique. « L’Allemagne et la France sont liées entre elles par un réseau très dense de relations commerciales », a souligné la chancelière. « L’Europe ne peut être forte que si les deux pays sont prospères ».

Les deux chefs de gouvernements devaient, par ailleurs, évoquer la crise des réfugiés et la politique migratoire, la préparation du 60e anniversaire des traités de Rome ainsi que les relations transatlantiques.


A.L.

 

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Transcription de la conférence de presse conjointe (en allemand)

© CIDAL