Sigmar Gabriel aux États‑Unis : « Nous sommes étroitement liés par un socle de valeurs communes »

3 févr. 2017

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Sigmar Gabriel a entamé jeudi (2 février) un voyage de deux jours aux États‑Unis. À Washington, il a visité la Bibliothèque du Congrès et rencontré son homologue Rex Tillerson ainsi que le vice‑président des États‑Unis, Mike Pence. Le lendemain (3 février), son voyage s’est poursuivi à New York où il s’entretiendra avec des représentants d’associations juives et visitera les Nations Unies.

 

Première rencontre des nouveaux homologues

Sigmar Gabriel s’entretient avec son homologue américain Rex Tillerson © Th. Imo / photothek.net Agrandir l'image (© Th. Imo / photothek.net ) Les deux ministres viennent tout juste de prendre leurs fonctions : Sigmar Gabriel est aux Affaires étrangères depuis à peine une semaine ; Rex Tillerson, quant à lui, a prêté serment mercredi dernier. M. Gabriel est ainsi le premier homologue reçu par M. Tillerson.

Ce prompt déplacement de M. Gabriel aux États‑Unis est l’expression des étroites relations transatlantiques. Les liens traditionnellement forts entre l’Allemagne et les États‑Unis sont fondés sur leurs valeurs communes et leurs expériences historiques. En outre, les deux pays sont également très liés à travers l’OTAN. Aucune région en dehors de l’Europe n’est aussi proche de l’Allemagne que les États‑Unis, a souligné M. Gabriel en précisant que ce voyage organisé en tout début de son nouveau mandat a pour objectif d’afficher la volonté allemande de maintenir le rôle important de la coopération transatlantique.

« Nous sommes étroitement liés par un socle de valeurs communes, » a déclaré le ministre, « valeurs qui cependant ne sauraient être mises en cause. »

 

Les États‑Unis et l’Allemagne, un socle de valeurs communes

Dès son arrivée à Washington, M. Gabriel a rencontré au Capitole, le siège du Congrès américain, des membres de la commission des affaires étrangères du Sénat.

Version allemande de la déclaration d’indépendance des États Unis conservée à la Bibliothèque du Congrès © Th. Imo / photothek.net Agrandir l'image (© Th. Imo / photothek.net ) La délégation a ensuite visité la Bibliothèque du Congrès qui abrite plus de 155 millions de titres parmi lesquels 31 millions de livres en 470 langues, ce qui en fait la deuxième bibliothèque au monde. En raison de la forte influence allemande dans l’histoire américaine – les premiers colons étaient en effet souvent originaires d’Allemagne –, de nombreux documents sont disponibles en langue allemande également, comme par exemple la déclaration d’indépendance des États‑Unis.

« Life, Liberty, and the Pursuit of Happiness », certains droits inaliénables de chaque individu : jusqu’à notre époque, les valeurs établies par la déclaration d’indépendance n’ont rien perdu de leur poids.

 

MM. Gabriel et Tillerson ont posé les jalons pour les entretiens à venir

Discussion avec le vice président des États Unis, Mike Pence © Th. Imo / photothek.net Agrandir l'image (© Th. Imo / photothek.net ) L’après‑midi, M. Gabriel s’est rendu à la Maison Blanche pour rencontrer le vice‑président Mike Pence.

Il s’est entretenu ensuite avec son homologue Rex Tillerson, assermenté la veille. « C’est une bonne chose que d’être venu si tôt », a jugé M. Gabriel. En effet, l’entretien avec le secrétaire d’État a montré que le nouveau gouvernement des États‑Unis est lui aussi intéressé au développement des relations transatlantiques. « Nous avons posé les jalons pour les entretiens à venir », a conclu le ministre.

 

Prochaine étape : New York

Le bâtiment des Nations Unies à New York © Imo / photothek.net Agrandir l'image (© Th. Imo / photothek.net ) Vendredi matin, la délégation poursuit son déplacement à New York où elle rencontrera d’abord des représentants d’associations juives à la Maison d’Allemagne. Elle se rendra ensuite aux Nations Unies où M. Gabriel se réunira avec la représentante permanente des États‑Unis auprès des Nations Unies et António Guterres qui a succédé en début d’année à l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki‑moon.

Attendu à Berlin samedi matin, M. Gabriel repartira vers l’Allemagne vendredi soir.

 

Pour en savoir plus :

Relations transatlantiques

 

Situationau 2 février 2017

© Ministère fédéral des Affaires étrangères