L’Allemagne étend à la région du Sahel sa coopération dans le domaine de la sûreté biologique

17 nov. 2016

Du 1er au 10 novembre 2016, des experts se sont entraînés, au Mali, à l’utilisation d’un laboratoire mobile pour les épidémies et les attentats biologiques. L’expérimentation de terrain du laboratoire dont l’Allemagne a fait don au Mali a été effectuée à Koulikoro, à deux heures de voiture de Bamako. C’est là que sont stationnés des soldats allemands de la mission de formation de l’Union européenne EUTM Mali. Compte tenu des bons résultats obtenus au Mali depuis 2014 dans le cadre du programme allemand de partenariat d’excellence en matière de sûreté biologique et sécurité sanitaire, l’Allemagne a prévu, ces prochaines années d’étendre ses activités dans le domaine de la sûreté biologique à d’autres pays du Sahel, en l’occurrence le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Des équipements du laboratoire mobile emballés dans des malles pratiques pour le transport © GIZ/Programme allemand de partenariat en biosûreté © GIZ/Biosicherheitsprogramm Agrandir l'image (© GIZ/Biosicherheitsprogramm) Les appareils de laboratoire et les malles de transport étaient déjà prêts lorsque Benjamin Reiner, en tant que représentant de l’Ambassade d’Allemagne au Mali, et Bakary Diarra, secrétaire général du ministère de la Santé malien, se sont rendus sur le site de l’expérimentation. Au cours des deux dernières semaines, du personnel formateur de la Bundeswehr s’est employé avec des experts de laboratoire maliens à se préparer à l’urgence : l’apparition d’une maladie extrêmement dangereuse se propageant à une vitesse fulgurante.

 

Laboratoire mobile Ebola

Dès 2014, lors de la crise de l’Ebola, le ministère fédéral des Affaires étrangères avait fourni un laboratoire mobile au gouvernement malien. Ce laboratoire mis au point à l’Institut de microbiologie de la Bundeswehr à Munich sert à la détection rapide d’agents hautement pathogènes. À cette époque, le laboratoire avait largement contribué à enrayer l’épidémie d’Ebola dans le pays. Depuis, les experts de l’Institut de Munich ont coopéré avec la GIZ pour former des scientifiques maliens à l’utilisation du laboratoire, afin que ceux-ci soient préparés à affronter une éventuelle épidémie.

 

Expérimentation de terrain sur une base militaire malienne

Des experts de laboratoire malien pendant l’expérimentation de terrain © GIZ/Programme allemand de partenariat en biosûreté © GIZ/Biosicherheitsprogramm Agrandir l'image (© GIZ/Biosicherheitsprogramm) Pour simuler une épidémie à l’écart des grandes villes, on a choisi cette année une base militaire située à Koulikoro, à deux heures de route environ de Bamako, la capitale. Cette base est utilisée aussi bien par l’armée malienne que par les soldats de l’EUTM Mali qui y sont déployés. Les expériences faites dans le cadre de la crise de l’Ebola sont à l’origine de cette expérimentation de terrain en coopération civilo-militaire. En effet, il est de la plus haute importance pour prévenir les dangers que la coopération entre le ministère de la Santé malien et l’armée malienne soit bien rodée et efficace.

 

Mise en place d’un réseau de sûreté biologique entre les pays du G5 Sahel

Outre les représentants de l’Ambassade d’Allemagne et du ministère de la Santé malien, des observateurs du Burkina Faso, de Mauritanie, du Niger et du Tchad - qui constituent avec le Mali le G5 Sahel - assistaient à cette expérimentation de terrain. Lors de la présentation, l’Ambassade d’Allemagne a annoncé qu’à partir de 2017, les activités du gouvernement fédéral en matière de sûreté biologique s’étendraient à ces quatre autres pays. La coopération entre eux vise à améliorer la protection contre les risques biologiques transfrontaliers, qu’ils soient liés à des maladies naturelles ou à l’usage abusif d’agents biologiques.

Des experts des pays du G5 Sahel seront désormais formés à la sûreté biologique © GIZ/Programme allemand de partenariat en biosûreté © GIZ/Biosicherheitsprogramm Agrandir l'image (© GIZ/Biosicherheitsprogramm) Les pays du G5 Sahel bénéficieront du soutien de spécialistes allemands pour mettre en place ce réseau. En effet, l’Institut de microbiologie de la Bundeswehr et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH poursuivent, dans le cadre de ce projet, leur fructueuse coopération au Mali. Les deux institutions travaillent sur place avec une organisation française, la Fondation Mérieux, et avec le Centre d’Infectiologie Charles Mérieux du Mali. Le projet sera financé ces prochaines années par l’initiative de promotion et de renforcement du gouvernement fédéral.

 

Pour en savoir plus (en allemand) :

Coup d’essai pour un laboratoire mobile au Mali (article du 23 novembre 2015)

Le programme allemand de partenariat d’excellence en matière de sûreté biologique et sécurité sanitaire

L’initiative allemande de promotion et de renforcement (BAKS - Académie fédérale de politique de sécurité)

G5 Sahel

 

Situation au 16 novembre 2016

© Ministère fédéral des Affaires étrangères (AA)