La stabilité du Mali importante pour la région et pour l’Europe

4 mai 2016

Frank-Walter Steinmeier et son homologue français, Jean-Marc Ayrault, ont achevé leur déplacement conjoint au Mali lundi (2 mai). Les efforts en faveur de la stabilisation et de la réconciliation après la grave crise des années 2012/2013 étaient au cœur de ce voyage. Le développement du Mali est essentiel pour toute la région et donc aussi pour l’Europe, a déclaré le chef de la diplomatie allemande pendant son séjour.

 

Grosse frayeur au démarrage

Le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop reçoit MM. Steinmeier et Ayrault à leur arrivée à Bamako © Thomas Imo/photothek.net Agrandir l'image (© Thomas Imo/photothek.net ) Le voyage avait été préparé avec un maximum de sécurité. Et pourtant, le moment le plus délicat devait se présenter pour la délégation franco-allemande dès le décollage à Berlin : à la suite d'une collision avec des oiseaux, l'avion officiel a freiné d’urgence à 240 km/h et un pneu a éclaté. Heureusement, les passagers s’en sont tirés avec une grosse frayeur. Une fois les freins refroidis et le pneu changé, le voyage a pu se poursuivre.

Au Mali, les deux ministres ont eu de nombreux entretiens avec des représentants du gouvernement malien, dont le président Ibrahim Boubacar Keïta et le premier ministre Abdoulaye Diop. Ces entretiens ont porté notamment sur les possibilités de stabiliser durablement le pays après les turbulences énormes de ces dernières années.

 

Merci à la France pour sa forte intervention

MM. Ayrault et Steinmeier en compagnie du président malien Ibrahim Boubacar Keïta © Thomas Imo/photothek.net Agrandir l'image (© Thomas Imo/photothek.net ) Le ministre fédéral des Affaires étrangères a remercié le gouvernement français pour sa forte intervention dans le cadre de la mission Serval début 2013, laquelle avait permis au pays de ne pas être envahi par les groupes islamistes. Il est essentiel de rétablir la paix et la réconciliation non seulement pour le Mali lui-même mais pour toute la région voisine, a déclaré M. Steinmeier à l’issue de la rencontre avec le président malien. Au regard du terrorisme et de la criminalité organisée comme le trafic d’êtres humains et de stupéfiants, le développement est donc important aussi pour l’Europe, a-t-il poursuivi.

 

Le Mali, clé de la mise en œuvre de l’accord de paix

L’accord de paix conclu en 2015 est la seule voie possible pour parvenir à la réconciliation nationale, selon M. Steinmeier. Cela exige un vrai engagement en faveur de la décentralisation de l’administration, les réformes nécessaires, des patrouilles communes des anciens groupes ethniques rivaux et une lutte efficace contre la pauvreté. Les Maliens détiennent eux-mêmes la clé du succès. Soutenir du mieux possible les efforts de stabilisation est une responsabilité qui incombe en revanche à l’Allemagne et à l’Europe.

 

Visite d’une base militaire

Frank-Walter Steinmeier et Jean-Marc Ayrault en compagnie du ministre malien de la Défense, Tieman Hubert Coulibaly, pendant leur visite du camp Castor à Gao/Mali © Thomas Imo/photothek.de Agrandir l'image (© Thomas Imo/photothek.de ) L’engagement de l’Allemagne dans les régions menacées du nord du pays fait partie de ce soutien. Jusqu’à 650 soldats de la Bundeswehr y sont stationnés dans le cadre de la mission de paix des Nations Unies au Mali, la MINUSMA. MM. Steinmeier et Ayrault ont rendu visite aux soldats sur place lundi après-midi.

En déposant des gerbes, ils ont tout d’abord rendu hommage aux soldats tués, notamment aux trois membres des forces de sécurité françaises morts récemment dans l’explosion d’une mine. « Nos pensées sont avec ceux qui ont perdu leurs proches dans cette mission », a déclaré le ministre allemand à la fin de cet hommage.

 

Respect et remerciements aux soldats

M. Steinmeier discute avec des soldats allemands au camp Castor à Gao/Mali © Thomas Imo/photothek.de Agrandir l'image (© Thomas Imo/photothek.de ) Lors d’un entretien avec les soldats allemands de la mission des Nations Unies, M. Steinmeier s’est dit impressionné : « Nous sommes ici pour exprimer le respect que nous éprouvons pour vous et pour le travail que vous accomplissez. » M. Steinmeier a également été impressionné par la chaleur écrasante qui ne facilite pas le travail des soldats. À son arrivée à Gao, il faisait près de 50 °C. « Je tiens également à vous remercier explicitement d’être venus ici et de vous acquitter de votre service dans cet endroit difficile. »

La délégation a poursuivi son voyage à la nuit tombée. Peu avant minuit, M. Steinmeier arrivait dans le Niger voisin. Il est le premier ministre allemand des Affaires étrangères à s’y rendre.

Situation au 3 mai 2016

© Ministère fédéral des Affaires étrangères (AA)