« International Futures » : vers une responsabilité mondiale

28 août 2013

Ministre Westerwelle rencontre les participants de la 37e édition du programme © Auswaertiges Amt (AA) Agrandir l'image (© Auswaertiges Amt (AA)) Le programme allemand « International Futures » regroupe autour d'une table des diplomates et des jeunes cadres qui travaillent au sein de gouvernements ou de groupes de réflexion. Les participants viennent de pays qui jouent d'un rôle croissant sur la scène internationale : l'Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l'Égypte, l'Inde, l'Indonésie, le Mexique et le Pakistan.

« Nous sommes un groupe très hétérogène, et quand nous nous retrouvons le soir, après la partie officielle du séminaire, le ton peut monter rapidement à notre table ! », rapporte Matheko Badana, une Sud-Africaine qui a participé à la 10e édition du programme. « Nous parlons très ouvertement, mais nous plaisantons beaucoup aussi. Il est surprenant que des personnes venues de pays si différents puissent partager le même sens de l'humour. »

Participants à la 4e édition du programme pour l'Amérique du Sud et les Caraïbes lors de leur fête de fin de formation © Dirk Enters Agrandir l'image (© Dirk Enters) Son collègue pakistanais Khalid Hanif apprécie lui aussi la composition du groupe : « Nous sommes composés pour un tiers de diplomates, pour un tiers de fonctionnaires d'autres ministères et pour un tiers d’employés d'ONG. Tous les participants sont suffisamment mûrs pour bien connaître leur pays d'origine et ses positions politiques, mais pas trop âgés pour être ouverts à de nouvelles idées. »

 

Diplomatie du XXIe siècle

Les participants du programme « International Futures » en conversation avec l'ancien chancelier Helmut Schmidt © 1-DA Agrandir l'image (© 1-DA ) « International Futures » est le premier programme de la Formation internationale des diplomates qui soit également ouvert à des cadres travaillant dans d'autres structures de dimension internationale. Axé sur quatre domaines stratégiques (politiques d'avenir, géopolitique, politique économique mondiale et politique de paix), le programme initie les participants à la diplomatie du XXIe siècle.

Durant leur séjour, ces derniers ont pu renforcer leurs connaissances des institutions et de la politique étrangère allemandes. « Les Allemands sont pacifistes, ils ne veulent plus faire la guerre », affirme Khalid Hanif. Ils maîtrisent parfaitement l'art de la « diplomatie silencieuse », renchérit sa collègue sud-africaine. Ils ne cherchent pas à s'imposer sur la scène internationale, ce qui est très bien vu par les pays en développement, qui réagissent de façon plutôt épidermique aux démonstrations de force.

 

Citoyens du monde

Le corps enseignant de la Formation internationale des diplomates sur le plateau des infos télévisées "Tagesschau" © 1-DA Agrandir l'image (© 1-DA) Les participants ont renforcé leurs connaissances non seulement sur leur pays d'accueil, mais aussi sur ceux de leurs collègues. Cela a modifié leur perception d'eux-mêmes, précise Khalid Hanif : « Ce programme m'a donné pour la première fois le sentiment d'être un citoyen du monde. Beaucoup d’entre nous seront un jour amenés à participer aux processus politiques dans leur pays d'origine. Ici, nous avons appris qu'il était nécessaire d'unir nos forces pour relever les grands défis internationaux. Quel que soit le métier que j'exercerai plus tard, si je travaille avec un de ces pays, je repenserai à ce réseau de participants. Mon horizon s'est élargi : au lieu de penser uniquement à mon pays, je penserai désormais à la communauté internationale. »

Le programme « International Futures » a été lancé en 2007 par le ministère fédéral des Affaires étrangères et le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement, avec le soutien de l'Académie européenne de Berlin (EAB). Il figure parmi les formations de deux à huit semaines organisées chaque année par le ministère fédéral des Affaires étrangères à l'intention de quelque 300 jeunes diplomates de plus de 180 pays.

Source :  ministère fédéral des Affaires étrangères

Traduction et rédaction finale : CIDAL / MF

© CIDAL