La politique étrangère de l’Allemagne face à la crise des réfugiés

Jamais le nombre de réfugiés n’a été aussi élevé depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Des lois nationales ne suffiront pas à résoudre la crise des réfugiés ; celle‑ci exige une approche internationale.

Embarcation de réfugiés surchargée au large de l’île grecque de Lesbos © dpa/picture alliance Agrandir l'image (© dpa/picture alliance ) C’est pourquoi la politique étrangère allemande entreprend différentes mesures pour améliorer la situation actuelle. Plus de 60 millions de personnes sont aujourd’hui en fuite dans le monde. La moitié d’entre elles sont des enfants et des mineurs vulnérables.

Les principales causes de ces déplacements sont à rechercher dans des conflits violents, des structures étatiques défaillantes et l’action brutale d’organisations terroristes telles que l’EIIL. Afin d’atténuer la détresse de ces populations, la politique étrangère de l’Allemagne agit à plusieurs niveaux.

 

Lutter contre les causes de l’exode

L’Allemagne pratique une politique étrangère engagée dans la résolution des conflits, que ce soit au plan bilatéral ou dans le cadre de l’Union européenne et des Nations Unies. L’une de ses priorités consiste à lutter contre les causes de l’exode, surtout grâce à des initiatives politiques de pacification en particulier en Syrie et en Iraq.

  • L’Allemagne aide les pays d’origine, de premier accueil et de transit à gérer la situation des réfugiés avec des hébergements d’urgence, des denrées alimentaires, des soins médicaux et des offres éducatives. L’enjeu est d’offrir une perspective aux personnes dans leur patrie. Outre l’aide humanitaire, les projets de stabilisation mis en place dans des situations directes de conflit ou de post-conflit permettent d’ouvrir des perspectives de séjour ou de retour aux populations en créant certaines conditions : environnement sûr, soins médicaux et aide sociale de base, infrastructures. Le gouvernement fédéral soutient ceux qui restent pour reconstruire leur pays.
  • Au niveau européen, l’Allemagne prône une gestion de la crise des réfugiés fondée sur la solidarité et la responsabilité communes.
  • L’Allemagne renforce aussi les organisations internationales confrontées à la crise des réfugiés telles que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Programme alimentaire mondial. L’Allemagne figure parmi les principaux bailleurs de fonds bilatéraux sur la scène internationale. Ces fonds servent à venir en aide aux réfugiés en Syrie et dans les pays voisins.
  • Le ministère fédéral des Affaires étrangères et ses représentations à l’étranger informent et sensibilisent : sur l’aide allemande dans les foyers de crises, sur les dangers d’un départ fondé sur de fausses informations et sur l’environnement juridique et pratique réel en Allemagne. Et pour cause : s’en remettre aux passeurs, c’est risquer sa propre vie et celle de sa famille et souvent perdre tous ses biens et ses moyens de subsistance.

Page spéciale du gouvernement fédéral sur l’exode et l’asile (en allemand)

 

Sensibilisation et information des réfugiés

Campagne de sensibilisation de l’Ambassade d’Allemagne à Beyrouth © Ambassade d’Allemagne de Beyrouth Agrandir l'image (© Ambassade d’Allemagne de Beyrouth ) Informer sur les conditions d’accueil et de séjour des demandeurs d’asile en Allemagne fait partie du travail du ministère fédéral des Affaires étrangères. Beaucoup de réfugiés entreprennent un voyage dangereux vers l’Allemagne en se fondant sur de faux espoirs.

Il est important d’informer les habitants des pays de départ et les réfugiés en chemin du cadre légal et des conditions réelles prévalant en Allemagne ainsi que de leur exposer les risques liés à la migration irrégulière.

  • C’est pourquoi les représentations allemandes à l’étranger communiquent beaucoup avec les médias dans les pays d’origine et de transit. Elles s’efforcent en outre de fournir sur leur site internet et sur Twitter, Facebook et YouTube des renseignements sur l’action de l’Allemagne sur le terrain ainsi que sur la législation et la réalité sociale en Allemagne. Les missions diplomatiques et postes consulaires démentissent rapidement et activement les rumeurs et sensibilisent de manière ciblée sur les activités des passeurs et sur les dangers de l’exil et de la migration. Visionnez un exemple de vidéo ici (YouTube)
  • Les projets de la Deutsche Welle soutenus par le ministère fédéral des Affaires étrangères dans le monde arabe, en Afghanistan et au Pakistan tels que le projet Facebook « Destination Europe » informent sur les projets allemands réalisés pour aider les personnes sur place à avoir des perspectives d’avenir et expliquent aussi quels risques mortels elles encourent sur la route de l’exil.

Pour de plus amples informations sur la campagne d’information du ministère fédéral des Affaires étrangères (en allemand)

 

Le soutien de l’Allemagne dans les principaux pays d’origine et de transit

Camp de réfugiés à Zaatari, à la frontière entre la Jordanie et la Syrie © dpa / picture alliance Agrandir l'image (© dpa / picture alliance ) La politique en matière de réfugiés n’est pas un sujet qui s’arrête aux frontières nationales ou européennes. Tout l’enjeu est d’améliorer la situation dans les pays d’origine et de premier accueil et d’apporter une réponse à long terme aux phénomènes mondiaux d’exode, de déplacement et de migration. C’est pourquoi l’Allemagne s’engage dans les régions dans lesquelles les populations fuient la guerre et les persécutions.

Focus sur la situation en Syrie (en allemand)

 

La Syrie et les États voisins

Le montant de l’aide apportée par l’Allemagne dans le conflit syrien a été de plus d’un milliard d’euros depuis 2012. Cela fait de l’Allemagne le troisième bailleur de fonds bilatéral dans le secteur humanitaire en Syrie. Ces fonds visent à apporter un soutien très concret, de l’aide humanitaire à la reconstruction en passant par la stabilisation des situations directes de conflit et de post-conflit.

Voici quelques exemples pratiques de projets :

  • Les infrastructures vitales détruites, telles que celles permettant l’acheminement de l’eau et de l’électricité, sont rétablies pour donner des perspectives à la population syrienne. L’Allemagne s’appuie sur des organisations partenaires locales pour apporter son aide.
  • L’accès à l’électricité et à l’eau dans des communes du nord de la Syrie : le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient des projets d’amélioration de l’approvisionnement en eau et en électricité dans de nombreuses communes du nord de la Syrie. Ces efforts ont contribué à améliorer les conditions de vie de près de 300 000 personnes, qui étaient entièrement ou largement privées de l’accès à ces services de base.
  • Des ambulances pour Alep : le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient la livraison d’ambulances et de matériel médical à Alep. Ces ambulances et produits médicaux sauvent des vies humaines tous les jours.

 

Liban, Jordanie et Turquie

Réfugiés syriens © UNHCR/Kohler Agrandir l'image (© UNHCR/Kohler ) Grâce au soutien de l’Allemagne, plus de 65 000 personnes ont accès aux services ambulanciers et aux premiers soins médicaux au Liban. Des colis alimentaires, des kits hygiéniques et une assistance hivernale sont également fournis aux familles dans le besoin. Les populations cibles sont à la fois des réfugiés syriens et des Libanais en situation de détresse.

En Jordanie, le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient des offres éducatives pour les réfugiés syriens, entre autres grâce à des bourses dans les pays tiers. Une assistance est également apportée pour l’hiver aux réfugiés syriens comme aux familles jordaniennes en détresse.

En Turquie, des fonds du ministère fédéral des Affaires étrangères servent à fournir des kits d’hygiène à plus de 100 000 réfugiés syriens. Le ministère est représenté par un bureau à la frontière turco-syrienne depuis 2013. Celui‑ci sert à aider l’approvisionnement des populations dans les zones d’opposition syriennes ; 350 chargements de semences, de serres et de groupes électrogènes ont ainsi pu être acheminés en Syrie.

Distribution de biens humanitaires à la frontière turco-syrienne © UE Agrandir l'image (© UE ) Avec la Croix-Rouge allemande (DRK) comme partenaire, une aide humanitaire est apportée aux personnes en situation de grande nécessité dans un projet transnational qui, rien qu’en Turquie, a touché plus de 110 000 personnes au cours des 18 derniers mois. Cette aide se concentre sur les populations civiles syriennes frappées par le conflit, c’est‑à‑dire principalement les personnes déplacées et les Syriens qui ont fui dans les pays voisins. Le soutien englobe aussi les groupes de population des pays voisins qui souffrent également du flux massif de réfugiés.

L’objectif à moyen terme est de préparer les personnes à l’après-conflit et de former l’élite de demain afin de permettre un nouveau départ.

  • Deux exemples :

    Pour ouvrir des perspectives aux réfugiés et les préparer au retour à la fin du conflit, l’Office allemand d’échanges universitaires a nettement augmenté le nombre de bourses accordées aux réfugiés syriens de la région, avec l’aide du ministère fédéral des Affaires étrangères.

    Avec la Fondation Alexander von Humboldt, le ministère soutien les « Scholars at risk », c’est‑à‑dire les scientifiques étrangers menacés par les persécutions et la guerre dans leur pays.

 

Iraq

Distribution de biens humanitaires à des réfugiés à Erbil © Photothek/Imo Agrandir l'image (© Photothek/Imo ) Le gouvernement fédéral soutient le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) afin que les habitants des zones libérées de la présence de l’EIIL puissent retrouver une vie normale aussi vite que possible et recouvrent l’accès à l’eau et à l’électricité, aux soins et aux écoles. Les nombreuses personnes déplacées en Iraq doivent retrouver confiance en leur État et dans leur communauté.

Cela a fonctionné dans la ville de Tikrit : le projet du PNUD a permis d’y stabiliser les conditions de vie. Environ 80 % des habitants sont revenus, les entreprises de taxis offrent leurs services, de nombreux supermarchés ont rouvert et la vie reprend dans la ville. Dans le cadre de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’Allemagne soutient le développement et l’équipement des forces de police et des collectivités dans les régions libérées de l’emprise de l’EIIL.

Focus sur la lutte contre l’EIIL (en allemand)

 

Afghanistan

Aide humanitaire pour l’Afghanistan © Picture-Alliance/Koehne Agrandir l'image (© Picture-Alliance/Koehne ) L’Allemagne soutient l’Afghanistan dans le processus de stabilisation et de reconstruction civile du pays par la formation et l’accompagnement de l’armée et de la police afghanes mais également dans d’autres secteurs tels que la promotion de l’état de droit, l’éducation ou la promotion durable de l’économie et de l’emploi.

En contribuant à hauteur de 430 millions d’euros par an, l’Allemagne compte là aussi, aujourd’hui comme hier, parmi les principaux bailleurs de fonds.

  • Dans les provinces du nord de l’Afghanistan, l’Allemagne s’occupe directement des conditions de vie des familles déplacées, y compris dans la province de Kunduz où la misère est particulièrement grande en raison des évènements actuels. Les mesures mises en œuvre visent à promouvoir l’intégration des personnes déplacées dans leur nouveau lieu de séjour et à soulager les communautés d’accueil par des dispositifs d’accompagnement. Cela se traduit par la construction d’hébergements d’urgence, de puits d’eau potable et de ponts ainsi que par des modules de formation, par exemple dans le domaine du développement des collectivités locales et de l’éducation civique, de la lecture et de l’écriture et des métiers du bâtiment.
  • Un autre exemple : le ministère fédéral des Affaires étrangères dirige avec Caritas un projet à destination de plus de 1000 familles sans hommes aptes à subvenir à leurs besoins, qui apporte une aide concrète par l’approvisionnement en eau potable, des installations sanitaires et la garantie de la sécurité alimentaire.

Focus sur l’Afghanistan (en allemand)

Situation au 25 novembre 2015

Des faits concrets et vérifiables sur la stabilisation et l’aide humanitaire

Les Casques blancs sont très estimés par la population. Les voici en train de sauver des civils des décombres après un bombardement © Casques blancs

Le gouvernement fédéral participe intensivement à la recherche d’une solution politique au conflit en Syrie et en Iraq et soutient la lutte contre le terrorisme de l’EIIL. Ces efforts s’accompagnent d’un engagement massif qui apporte des améliorations concrètes que l’on peut constater sur le terrain.