Le Traité de l’Élysée

Signature du traité de l'Élysée, le 22 janvier 1963 © dpa/pa Agrandir l'image (© dpa/pa) « Couple », « tandem », « duo » : la coopération franco-allemande inspire des métaphores peu courantes dans le registre des relations internationales. Et pour cause : elle repose sur des liens d'une densité et d'une intensité uniques au monde. Après avoir été l’une pour l’autre « l’ennemi héréditaire », l’Allemagne et la France ont su tirer les leçons de l’histoire. Depuis plus de cinquante ans, elles n’ont ainsi cessé de faire progresser leurs relations, tout en étant le moteur de la construction européenne.

La clé de voûte de cette relation hors du commun est le traité de l’Élysée, dont l’Allemagne et la France ont fété en 2012-2013 le cinquantième anniversaire. L’année jubilaire s'est etendue de juillet 2012 à juillet 2013. Elle a été ponctuée par des célébrations majeures à Reims, Ludwigsbourg, Berlin et Paris.

Acte fondateur de la coopération franco-allemande

Le traité de l’Élysée fut signé le 22 janvier 1963 par le chancelier Konrad Adenauer et le président Charles De Gaulle. Il scellait officiellement la réconciliation entre la France et l’Allemagne, offrant un point d’aboutissement aux efforts de rapprochement entrepris dans les années 1950. Mais le traité de l’Élysée était surtout un point de départ. Il est l’acte fondateur de la coopération et de l’amitié franco-allemandes qui se sont développées jusqu’à aujourd’hui.

22 janvier, journée franco-allemande

Dans les premières années, sa mise en œuvre ne fut pas facile. Mais les choses évoluèrent rapidement. L’objectif central, l’établissement d’une coopération étroite entre les gouvernements français et allemand a été atteint. Cela ne veut pas dire que Français et Allemands aient toujours partagé la même opinion. Mais les deux pères fondateurs du traité avaient voulu une relation vivante et dynamique entre les deux États. Les différences de personnalité entre Français et Allemands ont montré à quel point le succès du traité dépendait de leur volonté de se comprendre.

Un dialogue étroit et permanent

Le traité de l’Élysée a défini le cadre de ce qui demeure l’élément décisif de la relation franco-allemande : le dialogue constructif et constant qui est mené depuis 50 ans. Sommets des chefs d’États et de gouvernements (et aujourd’hui conseils des ministres franco-allemands), rencontres régulières des ministres des Affaires étrangères, Conseil de défense et de sécurité, conseil économique et financier, Conseil pour l’environnement, Conseil culturel, Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande : ces institutions tissent un réseau de relations unique au monde.

L’amitié et la communauté se sont développées au point que la coopération s’est enrichie de nouveaux domaines qui n’étaient pas prévus dans le traité (politique étrangère, défense, agriculture, industrie, économie, transports, médias, recherche etc.). Preuve de la vitalité de la relation franco-allemande, le Conseil des ministres franco-allemand a encore adopté, en février 2010, à Paris, 80 propositions pour renforcer la coopération bilatérale. Cet « Agenda 2020 » se veut une réponse commune aux défis de la nouvelle décennie : changement climatique, crise économique et financière, menaces sur la paix et la sécurité.

Une aventure humaine

Au-delà des réseaux institutionnels, cependant, l’amitié franco-allemande demeure d’abord une aventure humaine. Elle s’enrichit chaque jour de milliers de rencontres quotidiennes entre les citoyens des deux pays, que ce soit dans le cadre de jumelages entre villes françaises et allemandes, d’échanges de jeunes, d’échanges de fonctionnaires ou encore de dialogues scientifique.

Moteur de l’intégration européenne

Enfin, la coopération et l’amitié franco-allemande sont un facteur de paix. Elles constituent le moteur de l’intégration européenne. L’expérience a montré que lorsque l'Allemagne et la France ne parvenaient pas à se mettre d'accord, l'Europe peinait à avancer. À l'inverse, lorsqu'elles présentent des positions communes à leurs partenaires, ces dernières ont souvent un effet d'entraînement. Parce que la France et l’Allemagne ont réussi à se rapprocher dans de nombreux domaines où leurs points de vue initiaux divergeaient, les accords obtenus se sont révélés suffisamment équilibrés pour être acceptables par les autres partenaires européens.

Ainsi, tous les grands chantiers européens ont été lancés sur la base d'une proposition ou d'un compromis franco-allemand. C'est le cas de l'euro, de la création de l'Union européenne (UE) par le traité de Maastricht, de l'élargissement à l'Est ou encore de la réforme des institutions européennes via le traité de Lisbonne. La France et l'Allemagne ont, par exemple, lancé l'idée d'instituer un ministre des Affaires étrangères européen afin que l'Europe parle d'une seule voix dans le monde. Elles ont également préparé l'accord européen sur le « paquet énergie-climat », qui fixe à l'UE des objectifs ambitieux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui, elles jouent un rôle clé dans la résolution de la crise des dettes souveraines européennes et dans les débats sur l’avenir économique et politique de l’UE.

La coopération franco-allemande dépasse d’ailleurs, désormais, les frontières de l'Europe. Les deux pays font, par exemple, front commun au sein du G8/ G20 pour faire progresser la régulation financière internationale.

Les institutions franco-allemandes

La coopération franco-allemande a été scellée par le Traité entre la République française et la République fédérale d’Allemagne sur la coopération franco-allemande, dit Traité de l’Élysée, signé le 22 janvier 1963 par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, qui a créé les sommets franco-allemands et mis en place des programmes de coopération dans différents domaines.

  • SGFA - Les Secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande

    Soulignant l’intensité et l’importance des relations franco-allemandes, tant dans un contexte bilatéral que dans une perspective européenne, les gouvernements français et allemand ont exprimé, à l’occasion du 40ème anniversaire du Traité de l’Élysée, le 22 janvier 2003, leur volonté d’approfondir leur coopération en créant un Conseil des ministres franco-allemand bisannuel et, dans chaque pays, un Secrétaire général pour la coopération franco-allemande.
    Depuis la déclaration commune franco-allemande du 22 janvier 2003, les Secrétaires généraux remplacent la Commission chargée de la préparation des Sommets franco-allemands qui avait été créée par le Traité de l’Élysée.
    Placés sous l’autorité des chefs de gouvernements, les Secrétaires généraux ont une mission de coordination de la coopération gouvernementale franco-allemande renforcée. Leur action permet de définir avec chaque ministère, les politiques conjointes qui seront adoptées lors des Conseils des ministres franco-allemands.

    En savoir plus

  • CMFA - Conseil des ministres franco-allemand

    Les Conseils des ministres franco-allemands (CMFA) ont été institués par la Déclaration commune du 22 janvier 2003, signée à Versailles à l’occasion du 40e anniversaire du Traité de l’Élysée. Ils se sont substitués aux sommets franco-allemands nés de ce traité, en 1963.

    Les CMFA ont lieu en règle générale deux fois par an, alternativement en France et en Allemagne. Ils permettent aux ministres français et allemands de s’entretenir, portefeuille par portefeuille, de l’avancement des projets bilatéraux de coopération. L’entretien direct entre le Président de la République et la chancelière est généralement suivi d’une conférence de presse conjointe. Selon les cas, les CMFA réunissent l’ensemble des membres des deux gouvernements, ou seulement certains d’entre eux (par portefeuille).

    La préparation et le suivi des CMFA sont assurés par les deux Secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande.

    www.france-allemagne.fr

  • CEFFA - Le Conseil économique et financier franco-allemand

    Protocole additionnel du 22 janvier 1988 au Traité de l’Élysée du 22 janvier 1963 entre la République fédérale d’Allemagne et la République française sur la coopération franco-allemande (Traité de l’Élysée) et à ce titre partie intégrante du Traité.
    Ses objectifs sont de renforcer et rendre plus étroite la coopération entre les deux pays, harmoniser autant que possible leurs politiques économiques, rapprocher leurs positions sur les questions internationales et européennes d’ordre économique et financier.
    Ce Conseil réunit le ministre de l’Économie et des finances de la République française, le ministre des Finances et le ministre pour l’Économie de la République fédérale d’Allemagne, ainsi que les Gouverneurs des deux Banques Centrales.
    Le Conseil se réunit quatre fois par an, tantôt en France, tantôt en Allemagne.
    Il fait rapport de ses activités au Président de la République française, au Premier ministre du gouvernement français et au Chancelier de la République fédérale d’Allemagne à l’occasion de chacune des réunions du Conseil des ministres franco-allemand. Il peut saisir les deux gouvernements de toute question nécessitant une décision de leur part.

    www.france-allemagne.fr

  • CFADS - Le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité

    Le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité (CFADS) a été créé par un protocole additionnel au Traité de l’Élysée à l’occasion de son 25e anniversaire en 1988. Le CFADS réunit régulièrement les chefs d’état et des gouvernements ainsi que les ministres de la Défense et des Affaires étrangères français et allemands.  Il sert de cadre de dialogue continu dans le domaine de sécurité et de défense entre la France et l’Allemagne entre les représentants des ministères de la Défense et des ministères des Affaires étrangères français et allemands à tous les niveaux.

    Adresse

    Secretariat CFADS / DFVSR Sekretariat
    120, rue du Cherche-Midi
    75006 Paris

    Téléphone portable
    01.71.76.85.91
  • CFAE - Le Conseil franco-allemand de l’environnement

    Le Conseil franco-allemand de l’environnement a été créé suite à un échange de notes, en 1989, entre les ministres des Affaires étrangères de la République française et de la République fédérale d’Allemagne.
    Le Conseil est présidé par le ministre de l’Écologie et du développement durable de la République française et par le ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire de la République fédérale d’Allemagne. Le Conseil est en outre constitué par des personnalités de haut rang déléguées par les Länder de la République fédérale d’Allemagne, des hauts fonctionnaires des ministères des Affaires étrangères des deux pays. De hauts fonctionnaires ainsi que des experts peuvent y être invités.
    Le Conseil se réunit une fois par an, en alternance en France et en République fédérale d’Allemagne. Le travail du Conseil franco-allemand de l’environnement est préparé par les ministères chargé des questions de l’environnement. Lors du sommet franco-allemand du 6 juillet 1971 la France et l’Allemagne sont convenue de travailler commun sur des questions d’environnement.

    Ministère français de l’Écologie du Développement et de l’Aménagement durables

    Ministère fédéral de l’Environnement

  • OFAJ-DFJW - Office franco-allemand pour la Jeunesse

    Logo de l'OFAJ (Office franco-allemand pour la Jeunesse) © OFAJ Agrandir l'image (© OFAJ) L'OFAJ est une organisation internationale au service de la coopération franco-allemande avec deux adresses, l'une à Paris, l'autre à Berlin. Il a été créé en 1963 par le Traité de l'Elysée. L'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse a pour mission d'approfondir les liens qui unissent les enfants, les jeunes, les jeunes adultes et les responsables de jeunesse des deux pays. A cet effet, il contribue à la découverte de la culture du partenaire, encourage les apprentissages interculturels, favorise les mesures de qualification professionnelle, renforce les projets communs d'engagement citoyen, sensibilise à la responsabilité particulière de la France et de l'Allemagne en Europe et incite les jeunes gens à apprendre la langue du pays partenaire.

    L'OFAJ s'adresse aux jeunes où qu'ils soient et quels que soient leurs centres d'intérêt : école, université, emploi, formation, culture, sport, loisirs, etc. De plus en plus, l'OFAJ cherche à atteindre de nouveaux publics et à aider les jeunes à devenir des citoyens européens, actifs et engagés. L'OFAJ est un véritable forum où foisonne une multitude de projets aussi bien dans le domaine de la langue (le programme " Voltaire " permet aux élèves de seconde d'aller six mois au lycée en Allemagne), de la médiation culturelle (métiers du livre, journalisme, traduction littéraire, etc.) que dans le domaine scientifique (" Programme Einstein ") ou bien encore des cultures-jeunes.

    http://www.ofaj.org

Le Traité de l’Élysée

Discours du président Charles de Gaulle devant de jeunes allemands à Ludwigsburg © Gouvernement fédéral (BPA)/Müller

L’Allemagne et la France, un demi-siècle d’amitié et de coopération (2013)

50 ans d’amitié franco-allemande : demandez la brochure !

© CIDAL

Retrouvez l’histoire de la réconciliation franco-allemande depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale !

Brochure en rupture de stock.

Vidéo réalisée par le Ministère des affaires étrangères sur les coulisses du Traité de l’Elysée, avec un sous-titrage en allemand

Sondage : comment Francais et Allemands se voient-ils réciproquement ?

Sondage : comment Francais et Allemands se voient-ils réciproquement ? (© dpa/pa)

Quelle image les Français ont-ils des Allemands, et réciproquement ? Un an après avoir fait réaliser par l’IFOP une enquête d’opinion sur la vision de l’Allemagne dans l’Hexagone, l’ambassade d’Allemagne a voulu savoir comment cette image avait évolué, tout particulièrement chez les jeunes, et comment les Allemands voyaient, à l’inverse, leurs voisins français.