Centenaire de la Première Guerre mondiale

Près de dix millions de morts. Vingt millions de blessés. Des individus déboussolés. Des familles éprouvées. Des sociétés déstabilisées. Des États fragilisés, voire démembrés. La Première Guerre mondiale (1914-1918) a été une tragédie pour la France, pour l’Allemagne et pour toute l’Europe - la « tragédie originelle du XXe siècle ».

À l’heure du Centenaire, elle fait l’objet de nombreuses commémorations et publications dans plusieurs pays, dont l’Allemagne et la France.

Se retourner vers le passé est utile pour mieux comprendre les événements, voire en tirer des enseignements. Pour prolonger, aussi, le travail de mémoire engagé depuis un siècle (avec des différences selon les pays). Et enfin pour replacer la Grande Guerre dans le cheminement qui a transformé les anciens belligérants en bâtisseurs d’une Europe de la paix.

Mais le centenaire de la Grande Guerre fournit aussi l’occasion de réfléchir sur le présent. Et ce, par-delà les frontières. Le souvenir de la Grande Guerre est notre héritage commun.

Tranchées à Verdun © picture alliance/dpa

Il y a 100 ans tombait le « cavalier bleu »

Verdun, la plus terrible bataille de la Première Guerre mondiale, venait de commencer. Le 4 mars 1916, dans un moment d’accalmie, le lieutenant Franz Marc sortit en mission de reconnaissance à Braquis, situé 20 kilomètres à l’est de Verdun. Le peintre expressionniste allemand (1880-1916) ne devait jamais rentrer. Il fut frappé d’un éclat d’obus dans la tête.

© Préfecture de la Somme

Commémoration du centenaire de la bataille de la Somme en juillet 2016 par le Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes

Cimetière militaire allemand de Fricourt - À l’occasion du centenaire de la bataille de la Somme le 1er juillet 2016, le Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes, ses partenaires, dont la Commonwealth War Graves Commission britannique, ainsi que les communes du département de la Somme organisent une série d’événements commémoratifs dans la région.

Imi Knoebel devant l’un de ses vitraux à Reims © Kunststiftung NRW/Ivo Faber

De nouveaux vitraux à Reims pour symboliser l’amitié franco-allemande

Lundi 11 mai 2015, le ministre fédéral des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, s’est rendu à Reims pour inaugurer les nouveaux vitraux réalisés par l’artiste allemand Imi Knoebel.

La guerre des sous-marins, affiche de propagande d’après un dessin de W. Möller, Berlin 1918 © Deutsche Nationalbibliothek

1914-1918 : la jeunesse dans la guerre

« Nous serons de retour à Noël ! », avaient-ils dit en quittant leurs familles pour rejoindre le front en août 1914. En décembre 1914, alors que Français et Allemands s’enterraient dans les tranchées, la paix n’était plus qu’un lointain souvenir. Mais qui étaient ces jeunes exposés au feu des balles, à la puissance du canon et au fracas des obus et comment firent-ils front ?

Première Guerre mondiale, Ypern © picture-alliance­/Romain Fellens

Commémoration sur les champs de bataille flamands

A Ypres, les chefs d’Etat et de gouvernement commémorent la Première Guerre mondiale et les victimes de cette première guerre industrialisée.

Il y a 30 ans, la poignée de main entre Kohl et Mitterrand à Verdun © picture alliance/dpa

Il y a 30 ans, la poignée de main entre Kohl et Mitterrand à Verdun

Le cliché allait marquer l’histoire : deux mains se rejoignant dans la grisaille automnale devant l’Ossuaire de Douaumont, unies dans l’intimité du recueillement au son des hymnes nationaux. Ce 22 septembre 1984, vingt et un ans après le général De Gaulle et le chancelier Adenauer, François Mitterrand et Helmut Kohl ont écrit une page inoubliable de l’histoire de la réconciliation franco-allemande, celle de la réconciliation symbolique « par-delà les tombeaux » de deux guerres mondiales. C’était il y a trente ans tout juste.

Exposition des dessins de guerre de Max Beckmann à Leipzig © dpa/picture-alliance

Exposition : quand Max Beckmann dessinait dans les tranchées

« Mon art reçoit ici de la nourriture », écrivait Max Beckmann dans une lettre adressée à sa femme depuis le front de la Première Guerre mondiale le 18 avril 1915. Cent ans plus tard, les dessins réalisés sur le vif par le célèbre peintre expressionniste allemand sont exposés jusqu’au 9 novembre au Musée des Beaux-Arts de Leipzig.

Cimetière militaire © picture alliance/dpa

Commémoration du début de la Première Guerre mondiale

Dans toute l’Europe, au mois d’août, des manifestations commémoratives rappelleront le début de la Première Guerre mondiale il y a cent ans.

Carte postale de 1915 :  l’empereur Guillaume II et l’empereur François-Joseph I © dpa/picture alliance

La crise de juillet 1914 : un ultimatum et une réponse inattendue

En juillet 1914, l’Autriche-Hongrie adresse un ultimatum intransigeant à la Serbie. Sa réponse inattendue ne peut plus empêcher la guerre.

Feu d'artifice à Paris © dpa/pa

Commémoration le jour de la fête nationale française

Lors des cérémonies à l’occasion de la fête nationale française, les chefs d’État et de gouvernement présents ont rendu hommage ensemble aux victimes de la Première Guerre mondiale. Le gouvernement fédéral était représenté par la ministre adjointe, Maria Böhmer. 

Une exposition à Munich raconte l'expérience de la Première Guerre mondiale, vue par les soldats allemands de confession juive © picture alliance/dpa

Exposition : les juifs dans la Première Guerre mondiale

96 000 soldats juifs ont participé à la Première Guerre mondiale dans les rangs de l’armée allemande. 12 000 y ont laissé leur vie. Quant aux survivants, la plupart ont péri vingt ans plus tard sous le IIIe Reich ou ont été contraints à l’émigration. Du 9 juillet 2014 au 22 février 2015, le Musée juif de Munich raconte le premier conflit mondial à travers leurs yeux.

Frank-Walter Steinmeier tenant son discours au Berliner Dom © photothek.net/Grabowsky

Commémoration : 100e anniversaire de l’attentat de Sarajevo

Le ministre fédéral des Affaires étrangères a prononcé un discours samedi (28 juin) à Berlin en mémoire de l’attentat de Sarajevo il y a cent ans.

Des lycéens de Sarajewo rendent visite au lycéens d'Aschaffenburg © Schüler Helfen Leben

L’anniversaire de l’attentat de Sarajevo sous le signe de la jeunesse

La Première Guerre mondiale éclata à la suite de l’attentat de Sarajevo. L’ambassade allemande dans la ville bosniaque organise pour ce 100e anniversaire des projets avec des jeunes.

L'exposition "Guerre et folie" se tient à Dresde jusqu'au 7 septembre © picture alliance/dpa

Exposition : la Grande Guerre vue de l’hôpital psychiatrique

Vu des tranchées ou de l’arrière, sous l’angle littéraire ou culinaire : le Centenaire de la Première Guerre mondiale donne actuellement l’occasion de redécouvrir ce pan majeur de l’histoire européenne sous bien des aspects. Mais à Dresde, le Musée d’histoire militaire a choisi de proposer un regard plus original encore : celui de patients des hôpitaux psychiatriques.

MM. Steinmeier, Narskij et Krzeminski (de dr. à g.) © Photothek/Imo

« Le dernier soubresaut des empires » : La Première Guerre mondiale du point de vue russe et polonais

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a discuté le 13 juin avec l’historien russe Igor Narskij et le journaliste polonais Adam Krzeminski du point de vue russe et polonais sur la Première Guerre mondiale.

Des masques à gaz pour les hommes et les chevaux présentés à Stuttgart dans le cadre de l'exposition "Carnaval de l'enfer - La Première Guerre mondiale et les sens" © picture alliance/dpa

Exposition : la Grande Guerre au travers des cinq sens

Le sifflement des balles et des obus, le bruit assourdissant des explosions, le goût de biscottes de mauvaise qualité, l’odeur âcre et irritante des gaz de combat, la puanteur permanente des cadavres et des excréments dans les tranchées, mais aussi les premières vues aériennes du champ de bataille : sur le plan sensoriel aussi, la Première Guerre mondiale dépassa tout ce que l’homme avait pu imaginer jusque-là.

Discussion avec des participants du History Campus © photothek/Trutschel

« History Campus » - L’Europe en 1914 et en 2014

Sous le thème « Look back, think forward », le ministre fédéral des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a discuté le 9 mai 2014 avec 400 jeunes Européennes et Européens de ce que représente la Première Guerre mondiale.

L'exposition "Menschenschlachthaus" est le fruit d'une coopération entre le musée Von der Heydt de Wuppertal et le Musée des Beaux arts de Reims © dpa/pa

La Grande Guerre vue par les peintres en France et en Allemagne

Souvent partis la fleur au fusil, ils ont tous vécu l’enfer des tranchées et l’horreur de la guerre. Mais au-delà de l’expérience commune, quel regard les artistes allemands et français ont-ils porté sur la Première Guerre mondiale ? C’est ce qu’illustre une exposition franco-allemande intitulée Menschenschlachthaus (« Abattoir pour êtres humains »), élaborée par le musée Van der Heydt de Wuppertal et le Musée des Beaux arts de Reims.

Différents modèles de masques à gaz datant de 1917, exposés au  Zollverein, à Essen © picture alliance / dpa

Exposition : la Rhénanie au cœur de la Grande Guerre

La Grande Guerre a aussi été livrée loin des champs de bataille – et elle y a fortement infléchi le cours de l’histoire. C’est ce que montre une vaste exposition, intitulée « 1914 – au cœur de l’Europe », qui vient de s’ouvrir sur le site de l’ancienne mine de Zollverein, à Essen. Elle offre une perspective originale sur la Grande Guerre, qu’elle raconte depuis l’un des centres industriels névralgiques de l’arrière -la Ruhr.

Logo (Ambassade d'Allemagne Paris)

"La diplomatie entre grandeur et décadence - L'Europe est-elle aujourd'hui à l'abri des erreurs de 1914 ?"

Le ministre français des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, et son homologue allemand, M. Frank-Walter Steinmeier, se recontreront le 25 avril 2014 au Palais Beauharnais à Paris pour un débat avec les historiens Jean-Jacques Becker et Arndt Weinrich.

Le film "L'Ange bleu" inaugurera vendredi un cycle cinématographique consacré au thème de l'Europe à la veille de la Grande guerre à la Maison Heinrich Heine, à Paris. © picture alliance/dpa

Cinéma : l’Europe à la veille de la Première Guerre mondiale

On l’a rétrospectivement baptisée la « Belle époque ». La période qui a précédé l’éclatement de la Première Guerre mondiale a été féconde en chefs-d’œuvre littéraires qui ont, à leur tour, inspiré les cinéastes. D’avril à juin, la Maison Heinrich Heine, à Paris, présente un cycle cinématographique consacré à ces films. Ils sont les reflets troublants d’un âge d’or à la fois insouciant et fragile.

Secret ! Premier mot du célèbre télégramme « blanc seing » © AA

Le « blanc‑seing » de 1914

À la suite de l’attentat meurtrier contre l’héritier du trône autrichien, l’Autriche‑Hongrie envisage une action militaire contre la Serbie. L’empereur Guillaume II assure la monarchie du Danube de son soutien.

Pendant la Grande guerre © dpa/pa

Exposition : la vie pendant la Grande guerre des deux côtés du Rhin

« Vivre en temps de guerre » entre 1914 et 1918 : à partir de vendredi, une exposition franco-allemande illustrant les destins d’individus dans à la Grande guerre sur les deux rives du Rhin sera inaugurée à Karlsruhe. Elle est le fruit d’un patient travail de recherche des archives régionales du Bade-Wurtemberg et des Archives départementales du Haut Rhin et présente des textes et environ 200 clichés inédits.

Otto Dix, Assaut sous les gaz, gravure issue du cycle "La guerre", 1924, Hamburger Kunsthalle / bpk, VG Bild-Kunst, Bonn 2014 Photo: Christoph Irrgang

Exposition : la Grande Guerre vue par Otto Dix

L’artiste expressionniste Otto Dix (1891-1969), ancien combattant de la Grande Guerre, appartient à la catégorie des grands peintres de la guerre, à l’instar d’un Callot, d’un Goya ou d’un Picasso. Jusqu’au 27 avril, le musée de la Hamburger Kunsthalle, à Hambourg, présente une sélection des gravures que lui a inspirées l’expérience du front.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères ouvre le débat © photothek/Imo

La crise de juillet 1914 : des diplomates somnambules ?

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Frank‑Walter Steinmeier a ouvert vendredi (14 mars) une soirée‑débat sur la crise de juillet 1914 avec les historiens Christopher Clark et Gerd Krumeich au Musée historique allemand.

Les Eparges, en 1915. Officiers et futurs grands écrivains, le Français Maurice Genevoix et l'Allemand Ernst Jünger y furent blessés le même jour © dpa/pa

Maurice Genevoix face à Ernst Jünger : deux écrivains dans la guerre

Le Français Maurice Genevoix (1890-1980) et l’Allemand Ernst Jünger (1895-1998), tous deux jeunes lieutenants durant la Grande guerre, furent révélés au monde comme écrivains par leurs récits du front. Tous deux amoureux des lettres et de l’autre pays, ils se sont fait face dans les tranchées en 1915, à la bataille des Éparges, où ils furent blessés le même jour. À l’heure du Centenaire de la Grande guerre, la maison Heinrich Heine, à Paris, leur consacrait une soirée jeudi dernier.

Document des archives politiques du ministère fédéral des Affaires étrangères © AA

L’attentat de Sarajevo

Le 28 juin 1914, l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, et son épouse sont assassinés à Sarajevo. L’attentat entraîne la crise de juillet qui déclenchera finalement la Première Guerre mondiale. L’ambassadeur d’Allemagne à Vienne envoie à Berlin un rapport sur l’attentat. Ce document est conservé aujourd’hui aux Archives politiques du ministère fédéral des Affaires étrangères.

L'affiche « Les somnmabules » de Christopher Clark © picture alliance/dpa

En Europe l’analyse la Première Guerre mondiale est d’actualité

Le nombre impressionnant de parutions annonce des jours de commémoration particuliers : depuis début 2013, plus de 110 livres en allemand traitant de la Première Guerre mondiale (1914-1918) sont parus ou annoncés. Le best-seller de Christopher Clark « Les somnambules » a été très remarqué

L’Europe en 1914. Carte du dessinateur et illustrateur Walter Trier © Staatsbibliothek zu Berlin - PK / Fotostelle

Mémoire collective de la Première Guerre mondiale

Carnets de guerre et journaux intimes, correspondances du front, films et documents historiques – 100 ans après le début de la Grande Guerre, toutes ces sources fournissent des témoignages sur le conflit. Elles sont désormais disponibles sous forme numérique sur le portail « Europeana 1914–1918 ».

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, inaugure la conférence © photothek/Gottschalk

« 1914 – de l’échec de la diplomatie » : débat au ministère fédéral des Affaires étrangères

Au printemps 1914, l’Europe vivait ses derniers mois de paix avant le début d’une guerre dont les causes et les raisons ont mis, jusqu’à aujourd’hui, les historiens à l’épreuve. La crise de juillet devait-elle, à l’époque, mener inéluctablement à une catastrophe ? Peut-on aujourd’hui exclure qu’une chose pareille se reproduise ? Et quelle signification ont les événements de 1914 pour la diplomatie actuelle ?

L'historien australien Christopher Clark a présenté hier à Paris son ouvrage, "Les Somnambules", livre le plus lu d'Allemagne en 2013 © dpa/pa

Première Guerre mondiale : Christopher Clark présente son livre « Les somnambules »

Comment la guerre a-t-elle éclaté en Europe durant l’été 1914 ? L’historien australien Christopher Clark propose dans son livre Les somnambules – Eté 14 : comment l'Europe a marché vers la guerre (2013) un nouveau regard sur les engrenages qui ont plongé l’Europe dans la catastrophe il y a tout juste un siècle. Il est venu en débattre mardi à la Maison Heinrich Heine, à Paris, avec les historiens français Georges-Henri Soutou et Nicolas Offenstadt, et avec un public moitié allemand, moitié français.

Mobilisation de troupes de réserve allemands en 1914 © picture alliance / akg-images

La Première Guerre mondiale dans les médias

Pendant plusieurs décennies, la Première Guerre mondiale n’a guère été présente à l’esprit des Allemands. Un tournant s’est toutefois amorcé à point nommé pour le début de l’année 2014, qui marque le centenaire du conflit. Certains médias établissent même des parallèles avec la crise de l’euro. Revue de presse.

Dans les tranchées, à Verdun © dpa/picture alliance

1914-2014 : le Centenaire de la Grande guerre vu du web

Les préparatifs vont bon train. Sur le web, le Centenaire de la Première Guerre mondiale a déjà fait éclore, en France et en Allemagne, des sites rassemblant une mine d’informations.

La guerre de 14-18

© dpa/pa

Numéro spécial « Souvenir et commémoration »

Zeitschrift Deutschland

Le numéro  « Souvenir et commémoration » de DE Magazin Deutschland se penche sur trois anniversaires en 2014 : la Première Guerre mondiale éclatait il y a 100 ans. La Seconde Guerre mondiale commençait il y a 75 ans. Et la chute du Mur il y a 25 ans était un premier pas vers la réunification allemande. Demandez le numéro spécial disponible auprès du CIDAL en version allemande uniquement, ou consultez-le sur Internet.

Contactez le CIDAL
Numéro spécial sur le site deutschland.de

« Dictature et démocratie à l'Âge des extrêmes. Éclairages sur l'histoire de l'Europe au XXe siècle »

Couverture de la brochure " Dictature et démocratie à l'Âge des extrêmes. Éclairages sur l'histoire de l'Europe au XXe siècle "© Institut d'histoire contemporaine

La brochure de l'exposition de l'Institut d'histoire contemporaine, de la Deutschlandradio Kultur et de la Fondation pour la recherche sur la dictature du SED, présentée par le Ministère fédéral des Affaires étrangères.