Rencontre UE/E3 et Iran : l’accord sur le nucléaire est dans l’intérêt de la communauté internationale

12 janv. 2018

Ce jeudi 11 janvier, la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères en compagnie de ses homologues allemand, français et anglais.

Rencontre UE/E3 + Iran à Bruxelles © picture alliance Agrandir l'image (© picture alliance) Cette réunion se tient à Bruxelles à un moment crucial. L’accord sur le nucléaire iranien est en effet soumis à un nouvel examen : le président américain doit décider s’il certifie au congrès, selon une procédure récurrente, que l’accord est respecté. Parallèlement, des sujets conflictuels indépendants de l’accord jettent une ombre sur cette décision et le gouvernement américain envisage des sanctions.

 

Un pan de la sécurité nationale

M. Gabriel en discussion avec ses homologues MM. Johnson et Le Drian © Xander Heinl/photothek.net Agrandir l'image (© Xander Heinl/photothek.net) La situation actuelle est un numéro d’équilibre pour les pays européens. Une chose est claire : l’accord de Vienne sur le nucléaire (ou « plan d’action global commun ») a renforcé la sécurité au Moyen-Orient.

En outre, il s’agit d’un succès décisif pour la non‑prolifération nucléaire et d’un pilier de l’architecture mondiale de non‑prolifération. Pour les États européens, préserver l’accord constitue un pan central de leur sécurité nationale.
L’Union européenne défend donc toujours l’accord tant que l’Iran continue à respecter ses engagements. C’est le sens des déclarations du chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel avant la réunion :

Nous sommes fermement convaincus que l’accord nucléaire doit être maintenu. C’est dans l’intérêt de l’Europe. C’est dans l’intérêt de la communauté internationale. Si le seul accord qui empêche actuellement le développement d’armes nucléaires dans cette région devait être détruit, ce serait un signal désastreux pour tous les autres.

Un échec de l’accord serait notamment un très mauvais signal face à la situation en Corée du Nord, a souligné le ministre. C’est pourquoi les ministres des Affaires étrangères ont appelé leurs alliés à soutenir le maintien de l’accord.

 

Des discussions sont nécessaires

Conférence de presse commune après la réunion avec le ministre iranien M. Zarif © Xander Heinl/photothek.net Agrandir l'image (© Xander Heinl/photothek.net) Les controverses entourant l’accord sur le nucléaire se déroulent dans un environnement politique général délicat. M. Gabriel a indiqué qu’il y avait sur la table des sujets qui devaient être évoqués de manière urgente avec l’Iran, indépendamment de l’accord. La situation en matière de droits de l’homme et en particulier les récentes manifestations en Iran préoccupent les ministres européens des Affaires étrangères. Sigmar Gabriel a ainsi réaffirmé la position européenne : « Nous sommes fermement convaincus que la liberté de manifestation doit exister. » Mais le rôle politique que joue l’Iran dans la région est lui aussi « plus que problématique ». Ces sujets doivent être traités, sans pour autant les confondre avec l’accord sur le nucléaire. Il s’agit de champs d’action politique différents. Les ministres des Affaires étrangères ont convenu jeudi qu’un dialogue étroit aurait lieu avec l’Iran, à l’avenir, sur ces sujets conflictuels.

© Ministère fédéral des Affaires étrangères