La crise des Rohingya : 20 millions d’euros d’aide de l’Allemagne pour le Bangladesh

20 nov. 2017

Visite au camp de réfugiés de Kutupalong

« Les conditions de vie sont catastrophiques ici » : Sigmar Gabriel en visite dans le camp de Kutupalong © Ute Grabowsky / Photothek.net Agrandir l'image (© Ute Grabowsky / Photothek.net) Le survol en hélicoptère prend au moins cinq minutes. Plus de 800 000 Rohingya vivent ici dans des abris de fortune : au cours de son déplacement au Bangladesh, le chef de la diplomatie allemande, Sigmar Gabriel, a promis 20 millions d’euros supplémentaires d’aide pour le camp de réfugiés de Kutupalong. « La communauté internationale doit veiller à ce que l’approvisionnement reste suffisamment bon », a souligné le ministre allemand.

C’est l’une des crises de réfugiés dont l’opinion publique n’a pris conscience que récemment. Depuis la fin du mois d’août, le Bangladesh a accueilli plus de 600 000 Rohingya qui ont fui la province de Rakhine au Myanmar, voisin du Bangladesh, et les héberge en très grand nombre dans le camp de Kutupalong.

Les Rohingya sont une minorité de confession musulmane. Le Myanmar étant majoritairement bouddhiste, ils ne sont pas reconnus en tant que citoyens et régulièrement contraints à l’exil. De nombreux Rohingya ont cherché refuge au Bangladesh, qui comptait déjà environ 400 000 Rohingya avant le début de la crise actuelle.

 

Un soutien international

Sigmar Gabriel : « La communauté internationale doit veiller à ce que l’approvisionnement reste suffisamment bon » © Ute Grabowsky / Photothek.net Agrandir l'image (© Ute Grabowsky / Photothek.net) L’aide fournie par le Bangladesh est impressionnante mais le pays atteint désormais ses limites. Le Bangladesh est l’un des pays les plus densément peuplés et il continue à souffrir des conséquences de graves inondations. La situation sécuritaire est tendue. De plus, le Bangladesh est l’un des pays les plus pauvres de la planète.

Lors d’une conférence de donateurs qui s’était tenue à Genève, la communauté internationale avait donc débloqué dès fin octobre 360 millions d’euros pour aider à gérer la crise. L’Allemagne soutient, elle aussi, depuis longtemps les Rohingya et elle vient de réaffirmer son soutien au pays.

Le voyage en lui-même a également envoyé un message de soutien international face à la crise. Sigmar Gabriel n’effectuait en effet pas seul ce déplacement : il était accompagné de la Haute représentante de l’UE Federica Mogherini, ainsi que de Margot Wallström, son homologue suédoise, et Taro Kono, son homologue japonais.

 

Dialogue politique

L’aide internationale constitue un premier pas important. En même temps, il faut faire avancer le dialogue à l’échelon politique, a estimé Sigmar Gabriel. De concert avec le gouvernement du Myanmar, il faut tout mettre en œuvre pour que les Rohingya puissent rentrer chez eux. De plus, il convient de discuter des conditions de vie à leur offrir au Myanmar.

Après le Bangladesh, Sigmar Gabriel se rend au Myanmar où il participe, à Nay Pyi Taw, à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’ASEM (Dialogue Europe-Asie), avant de rentrer lundi soir à Berlin.

© CIDAL