Foire du livre : Francfort parle français

11 oct. 2017

Le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel ont inauguré côte à côte la 69e Foire du livre de Francfort mardi 10 octobre. La France en est l’invitée d’honneur © Dpa/pa Agrandir l'image (© Dpa/pa) Ce n’était plus arrivé depuis 1989. Du 11 au 15 octobre, la France est l’invitée d’honneur de la Foire du livre de Francfort. Le plus grand rendez-vous mondial de l’édition accueille 269 maisons d’édition et quelque 180 auteurs francophones sur un vaste pavillon de 2 500 mètres carrés. La chancelière Angela Merkel a inauguré l’événement hier soir aux côtés d’Emmanuel Macron.

 

Nations de culture au cœur de l’Europe

Deux semaines après son discours sur l’Europe à la Sorbonne, le président français a réaffirmé sur les rives du Main son ambition de refonder l’Europe via la culture. « Nous avons besoin de l’imaginaire européen dans la bataille pour refonder l’Europe, vaincre le terrorisme et le nationalisme agressif », a-t-il déclaré, avant de rejoindre l’Université Goethe de Francfort pour un débat avec Daniel Cohn-Bendit et le spécialiste de l’islam, Gilles Kepel. Angela Merkel a insisté, elle, sur l’importance des liens culturels dans les relations entre la France et l’Allemagne, deux « nations de culture ». « Quel ne serait pas l’appauvrissement de l’Allemagne si celle-ci n’avait pas, à toutes les périodes de l’histoire, bénéficié des influences et des apports de la culture française ? », a-t-elle affirmé. « Et à quoi ressemblerait la vie intellectuelle française sans les impulsions venues d’Allemagne ? »

Astérix sur les rives du Main. Ce n’est pas le titre du dernier album du célèbre Gaulois, mais un clin d’œil à la France, invitée d’honneur de la Foire du livre de Francfort © Dpa/pa Agrandir l'image (© Dpa/pa) La chancelière a, par ailleurs, souligné l’importance du « bien culturel » qu’est le livre. « Nous avons besoin des impulsions intellectuelles et créatives que la littérature nous offre dans tous les domaines de la vie », a-t-elle dit. « La littérature encourage l’ouverture et la curiosité. Elle nous incite à essayer de nouvelles voies inhabituelles. »

Les écrivains ont ainsi un rôle utile à jouer « en tant que sismographes des évolutions en cours et possibles, mais aussi pour produire des idées et construire des ponts ».

De plus, dans un monde où la liberté d’expression doit être défendue, « la littérature reflète l’âme de notre société de liberté, dans laquelle la liberté de l’esprit et l’expression d’opinions va de pair avec la liberté politique ».

 

Le livre, essentiel dans un monde en pleine mutation Francfort, première foire du livre au monde © Dpa/pa Agrandir l'image (© Dpa/pa) Dans le monde actuel, le livre a donc plus que jamais une fonction importante. Les êtres humains ne doivent pas devenir des rouages de la révolution numérique et de la mondialisation, a souligné Angela Merkel. « Nous allons devoir lutter pour réaffirmer sans cesse avec clarté nos racines et nos enracinements afin de trouver la bonne voie vers ce monde qui semble infiniment connecté ».

La littérature a plus que jamais une contribution à apporter. Chaque auteur, avec ses idées et sa sensibilité, peut contribuer à rendre la mondialisation plus humaine et l’Europe plus forte, a dit la chancelière. « C’est l’impulsion que j’attends de cette Foire du livre ».

 

A.L.

 

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Discours de la chancelière Angela Merkel lors de l'inauguration de la 69e Foire du livre de Francfort (en allemand)

Message vidéo de la chancelière Angela Merkel au sujet de la Foire du livre de Francfort (en allemand)

© CIDAL