Europe-Afrique : vers un partenariat

17 mai 2017

Sortir d’une conception traditionnelle de l’aide au développement pour évoluer vers un modèle de partenariat entre l’Europe et l’Afrique et y intégrer, outre le développement économique et l’aide humanitaire, les questions de sécurité, la lutte contre le terrorisme, les migrations ou encore le changement climatique : telle la perspective tracée depuis début mai par la Commission européenne.

 

Sommet UE-Afrique en novembre 

L’Allemagne propose la mise en œuvre d’un « Plan Marshall avec l’Afrique » pour promouvoir le développement du continent © picture alliances/dpa Agrandir l'image (© picture alliances/dpa) La haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Federica Mogherini, l’a réaffirmé cette semaine à l’occasion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE. En effet, les intérêts des deux continents semblent plus que jamais converger dans certains domaines.

Selon Mme Mogherini, il importe particulièrement d’améliorer la situation des jeunes en Afrique. C’est « la meilleure voie » pour lutter contre les migrations et prévenir la radicalisation, a-t-elle dit. Le sujet sera à l’agenda du prochain sommet EU-Afrique, prévu fin novembre.

En attendant, les relations entre l’Union européenne et l’Afrique étaient au menu de la visite à Bruxelles, cette semaine, du nouveau président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat. Ce dernier a exprimé son soutien aux partenariats pour la migration signés par l’UE avec le Niger, le Nigéria, l’Éthiopie, le Sénégal et le Mali. Les migrations sont un problème complexe, et il ne suffit pas d’en traiter les conséquences, a-t-il souligné.

 

Le projet allemand de Plan Marshall salué par l’Union africaine 

Gerd Müller, ministre allemand de la Coopération économique et du développement et artisan du « Plan Marshall avec l’Afrique » © picture alliances/dpa Agrandir l'image (© picture alliances/dpa) Moussa Faki Mahamat a, par ailleurs, salué la proposition allemande de « Plan Marshall avec l’Afrique ». Les investissements privés sont les bienvenus en Afrique, a-t-il souligné devant le Parlement européen.

Le projet, élaboré par le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, entend placer la politique africaine sur de nouvelles bases. Il vise à promouvoir les investissements privés en Afrique, notamment de la part des PME grâce à des incitations du gouvernement allemand. Il vise également à promouvoir la bonne gouvernance dans les pays africains et à rendre les relations commerciales avec le continent noir plus équitables.

« Nous avons besoin d’un changement de paradigme, et nous devons comprendre que l’Afrique n’est pas le continent des ressources bon marché, mais que ses habitants, sur place, ont besoin d’infrastructures et qu’ils ont besoin d’un avenir », estime le ministre allemand.

 

L’UE doit s’engager davantage en Afrique 

Le nouveau président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki, en déplacement cette semaine à Bruxelles. L’Union européenne veut nouer un véritable partenariat avec l’Afrique. © picture alliances/dpa Agrandir l'image (© picture alliances/dpa) De manière générale, estime Berlin, l’Union européenne doit renforcer son engagement en Afrique. « Nous devons faire davantage en Afrique, nous devons y prendre plus de responsabilités », a dit cette semaine le ministre adjoint allemand aux Affaires étrangères, Michael Roth, à Bruxelles. Selon lui, il ne s’agit pas seulement de lutter contre la faim, mais aussi d’œuvrer pour la stabilité, de promouvoir les investissements et de plaider en faveur du respect des droits de l’homme.

L’Allemagne a d’ailleurs aussi fait de l’Afrique l’une des priorités régionales du sommet du G20 qui se réunira début juillet à Hambourg. Une première.

A.L.


Plus d’informations :

Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement - Stratégie "Un Plan Marshall avec l'Afrique" (en allemand)

© CIDAL