Sigmar Gabriel en Somalie : ne pas fermer les yeux sur la situation

2 mai 2017

Sigmar Gabriel est le premier ministre allemand des Affaires étrangères à s’être rendu hier, 1er mai, en Somalie. Terrorisme, conflits tribaux et risque de famine imminent, le pays est confronté à des défis immenses. Avec l’aide de la communauté internationale, le chef de la diplomatie allemande veut empêcher une catastrophe.

Le ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel rencontre le Premier ministre somalien Hassan Ali Khaire © Inga Kjer/photothek.de Agrandir l'image (© Inga Kjer/photothek.de) Sigmar Gabriel a effectué ce lundi une visite en Somalie. Cela faisait des décennies qu’un représentant politique allemand ne s’était pas rendu dans ce pays. Son déplacement l’a d’abord conduit à Mogadiscio, la capitale somalienne, et dans un camp de réfugiés près de Baidoa dans le sud-ouest du pays. Éreintée par plus d’une vingtaine d’années de guerre civile et de terrorisme, la Somalie est considérée comme l’un des pays les plus dangereux au monde.

 

Appel à la communauté internationale

L’ombre d’une nouvelle famine plane sur la Corne de l’Afrique en proie à une sécheresse persistante et à des conflits violents. Depuis des semaines, l’Allemagne s’emploie à mobiliser une aide internationale. Avec l’« appel de Berlin », le ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, et le ministre de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, avaient demandé à la communauté internationale d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

 

L’Allemagne double le montant de son aide

Sigmar Gabriel en visite dans le camp de réfugiés de Hilac pour apprécier la situation sur place © Inga Kjer/photothek.de Agrandir l'image (© Inga Kjer/photothek.de) Sigmar Gabriel s’est rendu sur place pour se faire une idée de la situation. La Somalie est particulièrement concernée par le risque de famine imminent. L’approvisionnement de plus de six millions de personnes est d’ores et déjà menacé. Afin d’améliorer l’aide humanitaire pour lutter contre la faim, le ministre s’est concerté à Mogadiscio avec des représentants du Comité international de la Croix-Rouge et de l’ONU. Dans le sud-ouest du pays, il a visité un camp de réfugiés où vivent des dizaines de milliers de familles dans des abris construits de leurs propres mains et sans aucune assistance médicale. « La situation est catastrophique », a affirmé M. Gabriel, et « il est urgent de renforcer l’aide internationale ». L’Allemagne va doubler son aide à la Somalie qui s’élevait jusqu’ici à 70 millions d’euros.

La Somalie est non seulement confrontée à la famine mais aussi à beaucoup d’autres menaces. La reconstruction du pays reste difficile en raison de la violence et de la terreur que les milices islamistes Al‑Chabab font régner sur tout le territoire. Le gouvernement ne contrôle que certaines parties du pays. De nombreux clans se disputent l’exercice du pouvoir dans quelques régions et sont impliqués dans des conflits violents.

 

Soutenir la construction d’une structure étatique fédérale

L’Allemagne participe résolument à la stabilisation du pays. En vue de pérenniser la paix, le ministère fédéral des Affaires étrangères finance un projet destiné à mettre en place une structure étatique fédérale. De concert avec les Nations Unies et l’Union européenne, la Bundeswehr prend part à la formation des forces armées et de la police somaliennes. En outre, l’Allemagne soutient des projets de réconciliation et de règlement de différends. À Baidoa, Sigmar Gabriel a visité un centre de rééducation d’anciens combattants d’Al‑Chabab destiné à les préparer à une vie pacifique en société et qui est financé avec l’aide de l’Allemagne.

 

Plus d’informations (en allemand) :

« Appel de Berlin : Ensemble contre la famine » (Contribution de Sigmar Gabriel publiée le 12 avril 2017)

Informations sur la Somalie

 

Situation au 2 mai 2017

© Ministère fédéral des Affaires étrangères